Les vins rosés... c'est quoi maman ?

Les vins rosés... c'est quoi maman ?

Du vin blanc, du vin rouge et une cuve pour mélanger le tout... voilà comment sont élaborés les vins rosés, n'est-ce pas !? D'ailleurs le vin rosé, ce n'est pas vraiment du vin !? Un produit commercial tout au plus une boisson qui va bien pour l'apéro' ou le barbec' !?
Pas de préjugés sans préjudices. Rendons à César ce qui appartient à César (ou à Ouru-Ka-Gina*). Rétablissons la vérité autour du vin rosé.

Le rosé, le premier vin de l'histoire de l'Humanité.

C'est un fait, le premier vin que l'homme a pu élaborer était le vin rosé, en Anatolie, le croissant fertile de Mésopotamie.

Les méthodes de macération des raisins noirs n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui, aussi, le vin produit de l'antiquité jusqu'au dernier quart du 20ème siècle n'était que très peu teinté, on l'appellait "vinum clarum" (vin rouge clair).
Dans la région de Bordeaux et en Champagne (sans bulle à cette époque), il s'appellait "clairet".
C'est à la fin du 13ème siècle que l'irlandais Jofroi de Waterford, traducteur latin, interprète et désigne pour la première fois le vin par le terme "rosé" du fait de sa couleur rouge claire.

Jusqu'à l'époque napolénienne, les marchands flammands et hollandais ne juraient que par le "clairet", entendre donc "vin rosé". Les anglais en raffolaient, la bourgeoisie française l'adorait. Jusqu'alors, les vins de l'hexagone faisaient état (toute région confondue) d'une très faible quantité de production de vin blanc, moins de 2%, contre une production de 85 à 90% de vins "clairet" et de 5 à 10% de vins "rouges" (vinum rubeum).

A la fin du 17ème siècle, l'élite parisienne affirme sa lassitude du "vin rosé" et encourage l'élaboration de vin plus tannique, plus coloré. La production des vins dits "vins noirs" ou "vins vermeils" est provoquée, c'est un tournant pour la viticulture française : l'essor des "vins rouges".

Le vin rosé, c'est quoi ?

Comme nous venons de le voir, le vin rosé est le vin originel, toutefois, il n'a aujourd'hui plus rien à voir avec ce qu'il a pu être. Si autrefois le vin rosé était tout simplement "le vin", il détermine maintenant une famille de vins tranquilles dans la classification moderne du monde viti-vinicole : vin rouge, vin blanc, vin rosé (liste non exhaustive).

Comment sont élaborés les vins rosés modernes ?

Avant de présenter les trois principales techniques permettant d'obtenir les vins rosés, il est important de rappeler que les vins rosés sont tous issus, en France (**), de la vinification de raisins noirs. Il est toutefois accepté dans certaines régions, dont la Provence, l'apport minime de raisins blancs (en savoir plus sur les cépages qui composent les vins rosés de Provence). La coloration des vins rosés est dépendante du temps d'intéraction entre la peau des raisins noirs et le jus de raisin.

  • Vin rosé de macération :

Après réception de la vendange, les grains de raisins sont érafflés (séparation des grains de la "tige") puis foulés (éclatement des baies de raisins : pulpe, jus de raisin, peau, pépin). Le résultat appelé "moût" est ensuite placé en cuve et entre en phase de macération pélliculaire jusqu'à ce que le vigneron considère que la teinte obtenue corresponde à ses attentes. On parle de macération pelliculaire à froid, souvent réalisée à des dégrés très faibles, entre 1°C et 3°C. Le moût est alors pressé et placé en cuve. La fermentation (transformation du sucre en alcool) débute. Conditionnée elle aussi par le froid (entre 15°C et 20°C), la fermentation est lente et douce et permet aux vignerons de catalyser dans son jus un maximum d'arômes précurseurs.

  • Vin rosé de pressurage direct :

Après réception de la vendange, les grains de raisins sont érafflés (ou non) puis directement pressés, sans étape de macération pelliculaire. Le pressurage est lent et contrôlé afin que soient conservées la vivacité et la fraicheur aromatique des baies. Le vigneron modifiera la température de la cuve au moment où il jugera que la couleur correspond à ses attentes afin que débute la phase de fermentation. Les vins rosés de presse sont généralement moins teintés que leurs homologues issus de macération.

  • Vin rosé de saignée :

Après réception de la vendange, les grains de raisins sont érafflés (ou non) et suivent le même processus que les vins rosés de macération à la différence prêt qu'ils ne sont pas directement pressés mais saignés. Au moment où le vigneron considère que la couleur obtenue répond à ses attentes, il vide une partie de la cuve (d'où le terme "saignée") pour la placer dans une autre cuve, à la température plus élevée, afin que débute la phase de fermentation. Les rosés de saignée sont beaucoup plus colorés que leurs confrères. L'intéraction prolongée entre le jus et les peaux, en sus d'une teinte plus foncée, leur apporte plus de corps et de consistance.

Le vin rosé, le vin qui plait !?

Selon l'observatoire du rosé, nous sommes passés d'une consommation mondiale de 18,3 millions d'hectolitre en 2003 à 25,6 millions d'hectolitre en 2018, soit un boom de plus de 40%. La consommation de l'ensemble des vins tranquilles, rosé compris, atteint 5% de hausse sur cette même période... ce qui implique une chose, le vin rosé est incontestablement LA locomotive de la filière viti-vinicole partout dans le monde. Vous me direz, mais alors, pourquoi tout le monde ne produit pas de vins rosés ? Nous y venons.

Plus fruité, moins lourd, désaltérant, synonyme de vacances, ... indéniablement le vin rosé a su répondre aux besoins de nombreux consommateurs particulièrement aux Etats-Unis, en France et en Europe du Nord. En quelques années, le temps d'un souffle pour l'Histoire du vin, il s'est imposé comme le vin populaire et accessible.

Pour son prix, pour son image jeune et non élitiste, pour ses goûts séducteurs, le vin rosé est devenu le "rosé", une boisson alcoolique capable de s'afranchir de ce qui fait justement la beauté et la profondeur des fruits de la vigne : un terroir, un savoir-faire, une histoire.

"Cette année, on fait du vin rosé !"

C'est ce qu'a annoncé une vigneronne bordelaise à l'un de nos partenaires des coteaux d'Aix en Provence lors d'un salon... juste avant de déguster l'un de ses rosés et d'ajouter : "Finalement, on va se concentrer sur les vins rouges et blancs, on ne fera jamais du rosé comme vous le faites !"

Tout le monde aimerait sa part du gateau "rosé", profiter de la dynamique du marché, mais le vin rosé n'est pas, malgré sa force marketing et son essor social, sa simplicité et sa facilité de consommation, une banale boisson à la mode, au contraire, c'est un vin technique, un vin sensible, un vin qui nécessite des années d'expérimentation... un vin de terroir, de savoir-faire, d'histoire.

Vous cherchez un grand vin effervescent ? Champagne ! Vous cherchez un grand vin rosé ? Provence !

Près de 90% des vins produits en Provence sont des vins rosés. Les rosés de Provence représentent plus de 40% de la production nationale et 7% de la production mondiale. A la question, d'où vient "le meilleur rosé du monde" ? Les provençaux répondent "le domaine est à côté de chez moi, tu veux goûter ?", les parisiens disent "c'est un rosé de Provence, mon caviste nous l'a déniché", les amateurs de vins dans le monde confirment "du sud de la France... tu connais Brad Pitt ?".

La Provence est le berceau du vin rosé. Sols, cépages, techniques de vinification. Essai, observation, contrôle, remise en question. Les rosés de Provence ne sont pas dans la tendance, ils sont dans la bonne direction. Qu'importent les préjugés, qu'importent les déconvenues et les réussites mercantiles, les vignerons de Provence élaborent et élaboreront toujours du vin rosé, c'est leur métier, c'est leur art, c'est leur passion.

Vous jouez aux échecs ? La Provence n'a pas 1, 2 ou 3 coups d'avance pour les vins rosés, la Provence change les règles du jeu à chaque millésime !

* Roi sumérien de la ville de Lagash, Ouru-Ka-Gina est le premier homme a mentionné le mot "vin" dans ses écrits au 13ème siècle avant J.C.
** Dans certaines régions viticoles à travers le monde, comme en Australie par exemple, il est autorisé de mélanger les récoltes de raisins noirs et blancs pour l'élaboration de vin rosé.

Partager l'article :
Mon compte Menu